Connect with us

Cameroun Actuel

Cameroun : l’ancien ministre Rémy Ze Meka poursuit son cuisinier pour un vol de vin

Société

Cameroun : l’ancien ministre Rémy Ze Meka poursuit son cuisinier pour un vol de vin

Cameroun : l’ancien ministre Rémy Ze Meka poursuit son cuisinier pour un vol de vin

L’ancien ministre traîne en justice son maître d’hôtel et son vigile pour vol et abus de confiance. Il les accuse d’avoir vidé ses caves en dérobant d’importantes quantités de caisses de champagne, cartons de vin précieux et des ustensiles de cuisine de valeur.

Serge Narcisse Amougou Atangana et Albert Moussa respectivement, maître d’hôtel et vigile de, l’ancien ministre Rémy Ze Meka se sont-ils rendus coupables d’une affaire d’abus de confiance, de vol de caisses de champagne, cartons de vin précieux, ustensiles de cuisine de valeur et d’importantes sommes d’argent à la résidence de Fibot, le village natal de l’ex membre du gouvernement? Les deux employés font en tout cas l’objet d’une plainte devant le Tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif. Ils sont en détention à la prison centrale de Yaoundé Kondengui.

Selon l’accusation Serge Narcisse Amougou Atangana se faisait aider aux tâches diverses et au transport dudit matériel par le vigile principal Albert Moussa qui ne l’avait jamais dénoncé. Ce dernier, poursuit le magistrat du parquet, avait reconnu tors de l’enquête préliminaire avoir reçu une bouteille de champagne de Serge Narcisse Amougou Atangana avant d’avouer qu’il détournait lui-même des bouteilles de bière, des restes de liqueurs et «piquait de temps en temps de petites sommes dans la chambre du patron.

Pour conforter ses soupçons, il va faire interpeller les autres employés de la concession, notamment les vigiles et les chauffeurs chargés des déplacements du cuisinier. Les auditions de ces différentes personnes seront concordantes et vont indiquer que Serge Narcisse Amougou Atangana remontait à Yaoundé, à la fin de chaque cérémonie qui se tenait au village natal du plaignant, avec une valise et des glacières pleines des effets non identifiés. ». Raison pour laquelle, seules ces deux personnes parmi de nombreux employés ont été renvoyés en jugement pour répondre des faits de coaction de vol et d’abus de confiance.

Le 17 juin 2020, M. Amougou Atangana Serge Narcisse a déclaré qu’il a été recruté par le truchement de la seconde épouse de son patron pour faire la cuisine dans leur domicile situé au quartier Ekié à Yaoundé. Il se rendait, dit-il à Fibot qu’en compagnie du ministre quand ce dernier y organisait des réceptions. Il était chargé du contrôle (tes résidences de Zoé te le et d’Ebolowa, chaque fois qu’il s’y posait un problème. Il dit avoir travaillé pendant dix ans sans problème.

«Je ne sais pas ce je fais ici. Je crois avoir bien fait mon travail et en toute loyauté envers le ministre que je considère comme mon père. Cette fidélité à l’endroit de mon patron m’a valu la haine de sa première épouse et de ses partisans qui travaillaient à Fibot », a-t-il déclaré. S’agissant des accusations de vol et autres qui lui sont imputées, M. Amougou Atangana Serge Narcisse les a niés en bloc. Il explique que dans la résidence de Fibot, les boissons sont conservées dans trois endroits.

La cave du sous-sol, la plus importante, est celle où sont gardées les vins et champagnes réservés aux cadeaux des invités d’honneur de l’ancien ministre. La cave électrique est destinée à l’organisation des grandes réceptions, alors que les réserves de la chambre servent à la consommation courante. Il ne détenait, selon lui, que les clés de la cave électrique et se rendait à celle du sous-sol qu’en compagnie de son patron lorsque ce dernier faisait le choix des vins qu’il offrait à ses convives.

Il a démenti le fait d’avoir transporté les vins et les ustensiles de cuisine à Yaoundé pour plusieurs raisons. Chaque fois qu’il rentrait d’une mission de Fibot il avait l’obligation, affirme-t-il, de s’arrêter au domicile d’Ekié pour rendre compte à sa patronne et y déposer les restes des repas comme le lui avait recommandé son patron. Selon l’accusation il cachait les objets dérobés dans la valise. M. Amougou Atangana Serge Narcisse déclare qu’il s’agissait d’une valisette dans laquelle il transportait souvent son matériel de travail

Les champagnes périmés

M. Amougou Atangana Serge Narcisse révèle que la plupart des ustensiles de cuisine de M. Ze Meka Rémy portent son nom. Les différentes perquisitions inopinées effectuées dans son domicile à son insu, remarque-t-il ont été infructueuses. «Au moment où cette affaire déclenche, j’avais déjà passé 8 mois sans aller à Fibot et pendant tout ce temps, le patron qui avait repris la clé de la cave électrique que je détenais, pour avoir perdu la sienne, s’y rendait parfois avec certains membres de sa famille, d’après les rapports que me faisait Moussa Albert.

Pour lui, les prétendus vote des effets sont te fait des personnes qui ont subtilisé les clés de la victime pour perpétrer les coups. Pour ce qui est précisément du vol de champagne, le mis en cause a expliqué avoir obtenu de son patron cinquante bouteilles périmées de cette boisson qu’il a d’ailleurs partagé à des proches et à Moussa Albert, le vigile. Il nie avoir conduit la voiture personnelle de son patron sans avoir obtenu la permission de ce dernier.

Pour sa part, Albert Moussa, le vigile, a dit avoir passé 6 ans dans la résidence de Fibot où il habitait dans une chambre avec sa famille. Il détenait les clés de la cuisine et de la porte principale de la grande maison. Il était, dit-il, chargé du ménage de toute l’enceinte. Il raconte, en outre, que le grand patron lui avait demandé d’obéir à. Serge Narcisse Amougou Atangana. C’est, ce qu’il a fait jusqu’au déclenche nient de cette affaire, poursuit-ri. H a noté que la valise de l’hôtelier n’était pas aussi petite que ce dernier l’a prétendu.

« Quand il arrivait à Fibot sa valise était légère à son départ elle pesait déjà. A ma connaissance, il n’y a jamais eu de coups de vol ou une porte défoncée à cet endroit. Je peux aussi dire M. Amougou qui la plupart des clés de la résidence venait me donner les produits de nettoyage même à l’absence du patron», a confié le vigile. Il a reconnu avoir reçu une bouteille de champagne du cuisinier en plus de trois bouteilles de bière qu’il s’est servi au réfrigérateur Moussa Albert a nié avoir perpétré les autres coups de vol lies aux sommes d’argent, qui lui sont attribués.

Les faits au centre de l’actuelle procédure selon te représentant du parquet remontent, au mois de février 2020 lorsque M. Ze Meka Rémy se rend compte, à sa grande surprise, que ses caves ont été vidées d’importantes quantités de. caisses de champagne et carton’s de vin. il constatera également que de nombreux ustensiles de cuisines de valeur avaient disparu de ses armoires. Le représentant du parquet qui ne précise pas la valeur exacte des pertes, les évaluent à des dizaines de millions de francs.

Le plaignant accuse aussi son maître d’hôtel d’avoir utilisé souvent sa voiture personnelle à son insu. Selon le représentant du parquet, l’ex ministre qui ne pouvait pas s’imaginer que tes quantités de boisson dont il disposait pouvait être en rupture de stock de sitôt, a ouvert une enquête. Ses premiers soupçons vont porter sur M. Amougou Atangana Serge Albert à qui il avait entièrement fait confiance et remis la totalité des clés de ses résidences et caves. Un scellé constitué de 55 clés a été déposé sur la table du juge.

L’affaire a été reportée au 1er juillet prochain pour les réquisitions et les plaidoiries.»

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares