Connect with us

Cameroun Actuel

Jean De Dieu Momo : « l’alternance au sommet de l’Etat pour moi c’est un poison »

Politique

Jean De Dieu Momo : « l’alternance au sommet de l’Etat pour moi c’est un poison »

Jean De Dieu Momo : « l’alternance au sommet de l’Etat pour moi c’est un poison »

Le ministre délégué au ministre de la Justice Garde des sceaux, après quelques semaines de silence reprend la verve. Ce samedi 30 mai 2020, dans un direct sur son compte Facebook, il revient sur plusieurs sujets d’actualités.

Jean De Dieu Momo, qui se lance dans un direct Facebook, cela n’arrive pas tous les jours. Dans cette sortie où il aborde plusieurs thématiques, il fait savoir que selon lui, l’alternance serait préjudiciable pour le Cameroun.

« … Et ça n’engage que moi et mon parti. Ça n’engage pas le gouvernement de la République. L’alternance, pour moi, c’est un poison. Dans le Sultanat Bamoun, on ne parlait pas d’alternance, parce que le peuple est uni autour d’une même personne. Les chinois l’ont compris. Dans une moindre mesure, tous ceux qui ont été formatés à l’école du capitalisme individualiste n’ont pas compris ».

Opposition

Une posture qui contraste avec ses prises de positions dans les années antérieures au Cameroun. Longtemps, Jean De Dieu Momo a été un défenseur des droits humains, mais aussi, des valeurs démocratiques, comme la liberté d’expression, l’alternance au pouvoir etc.  Selon lui, le président de la République, mène une lutte similaire à Kabila et Nkurunziza. Deux Chefs d’Etats qui viennent justement d’accepter de quitter le pouvoir en ne se présentant plus à l’élection présidentielle.

Pour Momo,  «Paul Biya a gagné un mandat de 7 ans, et j’entends des gens qui mènent des consultations pour savoir s’il va vivre pendant 7 ans, des gens qui mènent des consultations pour savoir avec qui il faut le remplacer. Et ces gens-là ne sont même pas de chez-nous. Pourquoi ils sont intéressés ? Qu’est-ce qui les intéressent dans qui va remplacer Paul Biya chez-nous. C’est une affaire interne, une affaire camerouno-camerounaise. Malheureusement, vous avez une opposition néocoloniale qui continue de penser qu’on va venir l’installer au pouvoir », conclut ce dernier.

 

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares