Cameroun Actuel

Commandement militaire territorial : la dynamique du quadrillage

Au cours des 20 dernières années, le dispositif de l’armée camerounaise a été modernisé, réformé et régulièrement ajusté pour renforcer sa présence sur chaque mètre carré du territoire national.

Le dernier réajustement est intervenu le 21 février 2018. Et depuis cette date, le Cameroun compte cinq Régions militaires interarmées. En modifiant le décret du 14 août 2014, lui-même modifiant celui du 25 juillet 2001 portant organisation du commandement militaire territorial, Paul Biya, le chef des forces armées a renforcé le maillage territorial.

Ce qui donne ainsi : la première Région militaire interarmées (ressort territorial des régions administratives du Centre, du Sud et de l’Est), la deuxième Région militaire interarmées (Littoral, et Sud-Ouest), la troisième Région militaire interarmées (Adamaoua, Nord, hormis le département du Mayo-Louti), la quatrième Région militaire interarmées (Extrême-Nord et département du Mayo-Louti) et enfin la cinquième Région militaire interarmées (Ouest et Nord-Ouest).

Le 21 févier 2018, le président de la République a également réorganisé les formations de combat de l’armée de terre, de l’armée de l’air et du Corps national des sapeurs-pompiers, entre autres.

Et il en a été ainsi depuis la vaste réforme de juillet 2001 qui avait jeté les bases de la modernisation des forces de défense camerounaise. Face à l’émergence de nouvelles menaces à l’intégrité territoriale du Cameroun ou à la sécurité des personnes et des biens, le chef des forces armées a régulièrement opéré ces dernières années, des changements destinés à renforcer l’efficacité des forces de défense sur le terrain.

C’est ainsi qu’une quatrième Région militaire interarmées avait déjà vu le jour en août 2014, au plus fort de la guerre contre la secte terroriste Boko Haram dans la partie septentrionale du pays.

Cet ennemi barbare a ainsi trouvé du répondant, alors qu’il avait entrepris de semer l’horreur et la désolation dans une bonne partie de la région de l’Ex-trême-Nord. Passé l’effet de surprise. l’armée camerounaise, sous la houlette de son chef, a rapidement su s’organiser pour donner une réplique mémorable. Résultat : aucun centimètre du territoire camerounais n’a été cédé.

Au contraire, Boko Haram a été progressivement réduit à sa plus simple expression chez nous. Et même si elle n’a jamais jeté l’éponge, la secte sait qu’au Cameroun, elle ne va pas à une partie de plaisir.

On peut en dire autant, du mouvement séparatiste qui a entrepris de prendre les armes au nom d’une entreprise sécessionniste chimérique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis quatre ans.

Alors que les revendications corporatistes, puis ouvertement séparatistes ont cédé le pas à des mouvements armés, détruisant les infrastructures, tuant, mutilant, enlevant ou menaçant d’honnêtes citoyens, le chef de l’Etat, a dû, à côté de la démarche pacifique qui est sa marque de fabrique, déployer les forces de défense et de sécurité pour protéger les populations et les investissements de l’Etat.

C’est dans ce sillage qu’est née une cinquième Région militaire interarmées, après l’éclatement de l’ancienne deuxième Région militaire interarmées qui couvrait le ressort territorial des régions du Littoral, du Sud-Ouest, de l’Ouest et du Nord-Ouest.

Il s’agit donc d’une œuvre dynamique souhait vise non seulement à adapter la riposte aux menaces, mais aussi à renforcer les capacités opérationnelles des forces de défense. Des capacités qui ne sont plus seulement militaires.

En effet, les 11 décrets de 2001 ont ouvert la voie à une réforme en profondeur de l’armée camerounaise, en visitant pratiquement tous les aspects de son action, dont la formation qui répond depuis lors aux standards internationaux. Avec notamment une place de choix pour la prise en compte des droits humains.

C’est l’impact de cette vision stratégique qui fait en sorte que les militaires camerounais soient aujourd’hui des références au niveau international, dont le professionnalisme est souvent demandé dans les missions de maintien de la paix. Et sur place au Cameroun, le maintien général de la stabilité en est un résultat palpable.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Les classements des établissements aux examens de l'Obc viennent d'être rendus publics par ordre d'enseignement. C'est par ordre d'enseignement sur le plan national et régional que le palmarès des établissements aux examens de l'Office du baccalauréat du Cameroun (Obc), session 2020 vient d'être rendu public. Contrairement aux précédentes publications, le document ne présente pas de classement général de tous les...

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Les inégalités sociales, les injustices et la corruption, sont quelques engagements que le prélat veut préserver après le décès de l’archevêque émérite de Douala.. Le prélat lors de l'inhumation du Cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a saisi l'occasion, pour rappeler le rôle important qu'a joué l'archevêque émérite de Douala, pour le développement socio politique du Cameroun. Véritable chantre...

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Les populations de cette commune font face à des difficultés d'approvisionnement. Robinets à sec à Febe village. Nous sommes dans la commune de Yaoundé II. Ici, les populations n'ont pas vu l’eau couler depuis plusieurs mois. Le précieux liquide qui aide à la survie coule d'une source dans un bas-fond du quartier. C'est l'un des rares points d'approvisionnement en eau...

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Cette situation est due à l’occupation anarchique des trottoirs par les commerçant: et les motocycles. Circuler à Etoudi est un parcours de combattant. A pieds comme à voiture, la circulation est loin d’être fluide. Le pourcentage de se voir marcher dessus est très élevé. La chaussée et le trottoir se confondent sous les yeux indifférents des vendeurs ambulants et à...