Connect with us

Cameroun Actuel

Cameroun : Jean Jacques Ekindi démissionne du Mp et rejoint le Rdpc de Biya

Politique

Cameroun : Jean Jacques Ekindi démissionne du Mp et rejoint le Rdpc de Biya

Cameroun : Jean Jacques Ekindi démissionne du Mp et rejoint le Rdpc de Biya

Le désormais ancien président du Mouvement progressiste rejoint le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc)

Jean Jacques Ekindi claque la porte de sa formation politique le Mp. C’est l’homme politique qui a lui-même fait l’annonce ce jeudi 30 avril à Douala, au cours d’une conférence de presse. « Je démissionne du MP pour rejoindre le RDPC ce 30 avril…», a indiqué ce dernier à la presse.  Dans la foulée, il donne les raisons de sa démission.

« J’ai soutenu la candidature de Paul Biya en 2018. Avant cela j’ai fait une conférence de presse pour demander à tous les candidats de nous faire parvenir leurs programmes. Et qu’en fonction de la pertinence des programmes, nous nous prononçons. Seul Biya l’a fait », explique ce dernier à la presse. C’est quasiment un retour à la maison, car Ekindi est un ancien cadre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Histoire

Sur la toile camerounaise, les internautes camerounais, profitent de ce changement de cap pour tirer sur la classe politique camerounaise. « Dommage pour nous autres qui sommes sacrifiés au profit des intérêts personnels de nos leaders…et après on va me demander pourquoi je suis le MRC : c’est le seul partie qui a prouver sa détermination à changer les choses pour un Cameroun grand ou chaque citoyen pourra se réjouis de ses efforts et plus être obscurcis par l’injustice criarde auquel nous sommes exposés tous les jours », écrit un compatriote.

En 1986, Jean Jacques Ekindi opte pour le Rdpc et milite quelques mois au sein du parti unique avant de remporter haut la main l’élection à la présidence de la prestigieuse section départementale du Wouri (ville de Douala et ses environs) devant des caciques de cette ville. Coopté au Comité Central de ce parti en 1988 ainsi qu’à la Commission des affaires politiques au Congrès (1990), il crée un courant progressiste au sein du Rdpc. Lors de la compétition municipale de 1987, Jean-Jacques Ekindi, tête de liste, remporte une victoire écrasante contre la liste conduite par le Président du Conseil Municipal de Douala. Mais le parti refuse son investiture au poste de Maire de Douala. Son colistier Dooh Priso est investi maire sans avoir eu à donner son avis sur la question.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares