Connect with us

Cameroun Actuel

Cameroun : à cause du coronavirus Camair-co met en chômage technique près de 400 employés

Economie

Cameroun : à cause du coronavirus Camair-co met en chômage technique près de 400 employés

Cameroun : à cause du coronavirus Camair-co met en chômage technique près de 400 employés

Déjà sous perfusion, l’étoile du Cameroun qui peine à illuminer le ciel, avec la menace du covid-19, veut se séparer de plus de la moitié de son personnel.

Mauvaise nouvelle pour les employés de Camair-co, l’étoile du Cameroun. Déjà au bord du gouffre et à cela s’ajoutant la pandémie du covid-19, l’entreprise de transport aérien n’a pas eu d’autre choix que de mettre en chômage technique près de 400 employés pour rester avec près de 200. Une  démarche, à en croire le directeur général de Camair-co, qui doit permettre à la structure d’alléger la « crise », de gérer à la fois la transition au cours de cette période (six mois) et la préparation de la compagnie à une reprise optimale à l’issue de la crise sanitaire.

« Ces derniers sattèleront à la gestion des affaires courantes, la maintenance de tous les aéronefs (MA 60 et Q400) et la réhabilitation des Boeing 737-700 NG… », Poursuit le directeur général de Camair-Co. Selon des informations dignes de foi, ce plan de mise en chômage technique, va couter près de 1,479 milliard de FCFA, dont 938,79 millions de FCFA de salaire des 206 personnels qui resteront travailler et 540,49 millions de FCFA pour les 371 personnels en chômage technique, qui attendront d’être validé par les autorités.

Fermeture des frontières

Plusieurs entreprises camerounaises peuvent suivre le pas dans les jours avenirs. Avec la menace du coronavirus, le Groupement Inter-patronale du Cameroun (Gicam) dans une enquête indique au gouvernement camerounais que si rien n’est fait, plusieurs camerounais vont se retrouver en chômage dans les jours avenirs.

Le Gicam invite par conséquent le gouvernement camerounais à mettre sur pied des mesures d’accompagnements pour limiter l’impact fatal de la crise. Pour l’heure, le gouvernement ne s’est pas encore prononcé sur cette requête.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Economie

To Top
shares