Connect with us

Cameroun Actuel

Kribi : le secteur touristique frappé de plein fouet par le Covid-19

Economie

Kribi : le secteur touristique frappé de plein fouet par le Covid-19

Kribi : le secteur touristique frappé de plein fouet par le Covid-19

Les effets du coronavirus se font ressentir dans le secteur du tourisme à Kribi. Les hôtels, restaurants et autres lieux de loisirs ont pour la plupart fermés leurs portes.

La maladie à coronavirus a considérablement infecté le secteur du tourisme à Kribi. Kribi étant essentiellement une ville touristique les séminaires ont été annulé les spectacles renvoyés à une date ultérieure tout comme les réservations dans les grands hôtels. Même les plages aux sables fins ne reçoivent plus de visiteurs et de touristes.

Pour Laurence Chantal Assam délégué départemental du tourisme et des loisirs de l’Océan, « tout est au ralentit ici. Les établissements touristiques et de loisirs tournent à perte c’est très grave ».

Un impact économique considérable

Sur le terrain les statistiques sont froides. Dix huit hôtels de luxe ont temporairement fermés. Un nombre incalculable de restaurants et snacks bar est en cessation d’activité. Cet arrêt de fonctionnement est également observé ailleurs comme dans les chutes de la lobé.

Des activités au ralentit

La pandémie de coronavirus frappe de plein fouet le secteur touristique. D’autres gérants et promoteurs font de la résistance. Même les plages de Kribi sont toutes désertes. Certains hôtels ont adopté la résilience. Mais les pertes financières sont inestimables. Un recul de l’activité touristique qui suscite des interrogations. Et pour les autorités pas de panique la ville de Kribi reste une destination de choix  » c’est pour un temps. Les activités reprendront. Nous allons redémarrer le moment venu sur des chapeaux de roues  » précise Laurence Chantal Assam très optimiste.

Le secteur touristique broie du noir à Kribi. Les prières et les voeux tournent autour d’un rétablissement rapide de la situation.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Economie

To Top
shares