Connect with us

Cameroun Actuel

Jean de Dieu Momo met 500 000 FCFA dans le fonds créé par Biya pour lutter contre le coronavirus

Politique

Jean de Dieu Momo met 500 000 FCFA dans le fonds créé par Biya pour lutter contre le coronavirus

Jean de Dieu Momo met 500 000 FCFA dans le fonds créé par Biya pour lutter contre le coronavirus

C’est la contribution du ministre délégué auprès du ministre de la justice dans la lutte contre la pandémie qui fait rage en ce moment au Cameroun.

Jean de Dieu Momo a donné sa contribution dans le Fonds de solidarité créé par Paul Biya pour lutter contre le Covid-19. C’est le message contenu dans une correspondance qui date du 3 avril 2020 et adressée au ministre de la Santé publique Manaouda Malachie. On peut lire, le geste du ministre qui se résume à une somme de 500 000 FCFA comme contribution personnelle pour la lutte contre le Covid-19.

«Lorsqu’il y’a un incendie dans la foret, cet oisillon court vers la rivière la plus proche pour prendre une goutte d’eau dans son bec pour éteindre l’incendie. Ma contribution personnelle aux efforts du gouvernement pour la recherche des solutions scientifiques à l’effet d’enrayer la pandémie du coronavirus », écrit Jean de Dieu Momo dans la lettre adressé au ministre de la Santé publique.

Les chauves-souris, les serpents

La contribution de l’homme politique et membre de la majorité présidentielle arrive à un moment où le Cameroun compte 659 personnes testées positives à la maladie. Le ministre de la Santé rend le port du masque obligatoire. Une campagne de dépistage massif est organisée dans les villes comme Douala, Yaoundé et Bafoussam. Des lieux sont aussi réceptionnés pour accueillir les malades.

Invitée hier de présidence Actu, une émission diffusée sur les antennes de la Crtv,  madame le ministre de la recherche scientifique appelle à la vigilance. « Nous demandons aux camerounais de cesser de manger les chauves-souris, les serpents. Parce que la chauve-souris est un porteur sain. Si le covid-19 qui est au Cameroun part de l’homme pour la chauve-souris ça ne sera plus une crise sanitaire mais l’hécatombe », dénonce  Madeleine Tchuinte.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares