Connect with us

Cameroun Actuel

Zones marécageuses: le maire de Yaoundé donne 48h aux occupants

Société

Zones marécageuses: le maire de Yaoundé donne 48h aux occupants

Zones marécageuses: le maire de Yaoundé donne 48h aux occupants

Hier dans les arrondissements de Yaoundé III et IV, Luc Messi Atangana a sommé les occupants de libérer ces espaces appartenant à l’Etat, avant 48 heures.

Les occupants des zones marécageuses des arrondissements de Yaoundé III et IV ont 48 heures pour les libérer. C’est ce qui ressort du tour effectué dans ces lieux hier par le maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana.

A Yaoundé III, au lieu dit Efoulan Lac, l’endroit autrefois occupé par les eaux abrite désormais un garage automobile, une fabrique de parpaings et plusieurs boutiques construits avec du matériau provisoire.

Même cliché au quartier Ahala II, où les zones marécageuses sont occupées par des menuiseries. Au lieu-dit Tra-dex, des boutiques construites sur pilotis ont les pieds dans l’eau.

Toujours dans ce secteur, une bonne partie du marécage situé non loin de l’école Diderot est déjà occupée par des maisons d’habitation. Certaines sont encore en chantier, malgré l’avertissement des pouvoirs publics. Toutes ces zones ont été visitées par le maire de la ville et les autorités administratives.

À son passage, il n’a pas hésité à parler en langue locale, pour expliquer aux populations que ces domaines appartiennent à l’Etat et qu’ils doivent les libérer dans les plus brefs délais.

Dans l’arrondissement de Yaoundé IV cette fois, précisément à Odza, en contrebas du Collège adventiste, le maire de Yaoundé et son équipe ont sur pris des ouvriers dans un chantier dans cette zone marécageuse.

Il leur a donné l’ordre de stopper les travaux et d’informer le propriétaire des lieux de se rendre à la Communauté urbaine, avec son titre foncier.

Les mêmes recommandations ont été données au lieu dit Odza borne 11, où une menuiserie de métallurgie a dévié la direction d’un cours d’eau. «Arrêtez immédiatement le travail.

Vous avez 48 heures pour libérer ces lieux. Sachez que dès à présent, vous êtes sous surveillance. Si vous insistez, vous irez en cellule », a lancé le maire de la ville de Yaoundé d’un ton sec.

Le maire et les responsables de la commun de Yaoundé IV ont eu droit au même spectacle au carrefour Tropicana où la zone marécageuse est envahie par des boutiques et des maisons empê chant l’eau de circuler.

« L’opération consiste à libérer ces zones qui appartiennent à l’Etat, et que certains riverains occupent en y versant progressivement de la terre, alors que ce sont des zones où les constructions ne sont pas prévues. Je leur ai donné 48 heures pour déguerpir. Car la communauté urbaine avait déjà donné un avertissement dans un premier temps », a fait savoir Luc Messi Atangana.

Il a également déploré la malhonnêteté de certains riverains. « Avec un titre foncier de 200 mètres carrés par exemple, certains commencent à exploiter une zone sur laquelle le titre foncier ne s’étend pas », a-t-il regretté. La même opération est annoncée dans les autres zones marécageuses de la ville de Yaoundé dans les prochains jours.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares