Cameroun Actuel

Dette intérieure : comment l’Etat pousse les PME à la faillite

Face aux nombreux problèmes dé financement que les PME rencontrent quotidiennement le paiement des factures des PME dans des délais raisonnables par l’Etat peut contribuer à renforcer la solvabilité à court terme et la croîssance à moyen terme des PME.

Dans le Document de Stratégie de Croissance et d’Emploi du Cameroun, l’un des objectifs de croissance et d’emploi est de ramener le sous emploi actuel, de 75,8% à moins de 50% en 2020 à travers la création de dizaines de milliers d’emplois formels par an pendant les dix prochaines années en s’appuyant sur un tissu de plus en’dense de PME/PMI.

Le Gouvernement a donc mis les PME/PMI au cœur de la stratégie de relance de la croissance et de l’emploi. Malgré la loi du 13 avril 2010 portant promotion des PME au Cameroun, force est de constater que peu ou presque rien n’est fait pour s’attaquer de façon significative et de façon conséquente au problème majeur que rencontrent les PME, à savoir le financement de leurs investissements et/ou de leurs exploitations courantes.

Discours de fin d’année du président de la République, Cameroon business forum (CBF), Foire internationale des Affaires du Cameroun (FIAC), la question du financement des PME semble incontournable, avec une constance : la responsabilité de l’Etat, mauvais payeur.

Pour l’économiste Dieudonné Essomba, « Une des grosses contraintes que vivent les PME locales dans un contexte où l’Etat est le principal client est celui du conflit entre les délais de paiements et les engagements sociaux. Beaucoup de jeunes entreprises meurent avant la fin de leur troisième année, parce qu’il y a une pratique qui s’est installée au Cameroun, le non paiement des factures. L’Etat est au-devant de cette pratique. Imaginez seulement que le stock de la dette intérieure, détenue essentiellement par les PME est de plusieurs centaines de milliards de Fcfa dont certaines durent depuis des années. »

En effet, la Caisse autonome d’amortissement(CAA), organisme en charge de la gestion de la dette publique du Cameroun, estime l’encours de la dette intérieure à plus de 1000 milliards de FCFA au 31 décembre 2017. La dette due aux entreprises locales qui comprend la dette non structurée et la dette structurée non bancaire se situerait à un peu plus de 270 milliards de FCFA.

Si on y ajoute, les “restes à payer” qui se situent à plus de 500 milliards de FCFA, estime Protais Ayangma, vice-président de la Plateforme des organisations du secteur privé, l’Etat devrait aux entreprises non bancaires un peu plus de 750 milliards de FCFA.

« Pour mieux se rendre compte de l’ampleur de ce montant, on pourrait le mettre en parallèle avec le chiffre d’affaires annuel, moyen des entreprises au Cameroun qui a été estimé par l’institut national à l’issue du 2ème recensement général des entreprises à environ 64 millions de FCFA », a-t-il confié Protais Ayangma, le 12 mars 2018 à Douala lors de la 9ème session du CBF, sur le thème « Financement des petites et moyennes entreprises et développement du tissu industriel camerounais».

C’est donc avec raison que la loi des Finances 2018 prévoit de consacrer 1027 milliards de FCFA pour le remboursement de la dette publique soit 22,76% du budget. Dans cette enveloppe, la dette publique extérieure représente 357 milliards de FCFA contre 670 milliards pour la dette publique intérieure. Si ces projections sont réalisées, ce sera donc une bouffée d’oxygène pour les entreprises locales.

Ce d’autant plus que dans son Message de fin d’année 2017 à la Nation, le chef de l’Etat a annoncé qu’«une attention particulière sera accordée à la situation des PME, notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.»

Déjà en 2017, pour soutenir les activités des entreprises pénalisées par les difficultés de trésorerie de l’Etat, principal pourvoyeur des contrats dans le pays, le président de la République a dû instruire le paiement exceptionnel de 180 milliards de FCFA au profit des entreprises. Ce qui a été fait à partir du 21 août 2017. 11 s’agissait notamment du paiement des factures des prestataires de l’Etat et du remboursement des crédits TVA, pour une enveloppe totale de 100 milliards de FCFA.

Selon le ministère des Finances, 80 milliards de FCFA ont été mis à la disposition des banques pour la relance des crédits aux entreprises. Cette mesure présidentielle venait en complément au Compte séquestre dédié au remboursement des crédits de TVA, opérationnel depuis mai 2017 ; une dotation six milliards de FCFA y est automatiquement versée tous les 15 de chaque mois à cette fin.

Source: Baromètre Communautaire

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Les classements des établissements aux examens de l'Obc viennent d'être rendus publics par ordre d'enseignement. C'est par ordre d'enseignement sur le plan national et régional que le palmarès des établissements aux examens de l'Office du baccalauréat du Cameroun (Obc), session 2020 vient d'être rendu public. Contrairement aux précédentes publications, le document ne présente pas de classement général de tous les...

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Les inégalités sociales, les injustices et la corruption, sont quelques engagements que le prélat veut préserver après le décès de l’archevêque émérite de Douala.. Le prélat lors de l'inhumation du Cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a saisi l'occasion, pour rappeler le rôle important qu'a joué l'archevêque émérite de Douala, pour le développement socio politique du Cameroun. Véritable chantre...

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Les populations de cette commune font face à des difficultés d'approvisionnement. Robinets à sec à Febe village. Nous sommes dans la commune de Yaoundé II. Ici, les populations n'ont pas vu l’eau couler depuis plusieurs mois. Le précieux liquide qui aide à la survie coule d'une source dans un bas-fond du quartier. C'est l'un des rares points d'approvisionnement en eau...

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Cette situation est due à l’occupation anarchique des trottoirs par les commerçant: et les motocycles. Circuler à Etoudi est un parcours de combattant. A pieds comme à voiture, la circulation est loin d’être fluide. Le pourcentage de se voir marcher dessus est très élevé. La chaussée et le trottoir se confondent sous les yeux indifférents des vendeurs ambulants et à...