Cameroun Actuel

L’histoire de T. Bella, le premier camerounais à se lancer dans la grande distribution

Théodore Bella de son nom de baptême est né le 7 octobre 1930 à ESSONG. Après des études primaires sanctionnées par le CEPE à la mission catholique d’Efok, il poursuivra ses classes à Yaoundé, jusqu’en 4è. Commis des postes, il acquiert en 1960 le fonds de commerce d’un certain D. Chevalier et fait son entrée dans le monde des affaires. Cette année marquera aussi la naissance de la raison sociale T. BELLA.

Le nom des ” Chéris cars ” par contre est resté dans la mémoire de ceux qui, dans les années 60, en sont venus à effectuer le déplacement de Yaoundé pour Obala. A travers Théodore Bella, pour la première fois, le transport par car s’est fait sur cette ligne. Il a ensuite étendu ses activités sur la ligne Yaoundé-Akonolinga.

T. Bella sera un pionnier dans plusieurs domaines. Il sera le premier Noir à obtenir la gestion libre d’une station-service d’essence dans la ville de Yaoundé. Il est aussi le deuxième exportateur de Cacao au Cameroun, après le Grec Mavromatis.

En 1984, il est l’un des premiers à introduire la bureautique au Cameroun, en tant que représentant de la marque OLIVETTI. De la même façon, il représentera les produits de la marque Louis Roderer et ses fameux champagnes Cristal. L’homme d’affaires fera aussi une incursion dans le domaine du football, en tant que président de Tarzan d’Obala.

Le club de sa ville sera même en ce moment-là au sein de l’élite. Membre de la chambre de commerce, des mines et de l’industrie, il en sera ensuite le délégué pour la province du Centre, tout comme il coiffera la casquette de membre, et plus tard 1er vice-président du Conseil économique et social.

Pendant plusieurs années, ses affaires seront prospères. Cependant, un passage en prison pour son implication dans une affaire de faux billets contribuera à le freiner quelque peu. Le supermarché fermera ses portes. Mais la légende de T. BELLA avait déjà été faite.

C’est en effet en 1979 que Théodore BELLA engage la construction de l’immeuble qui porte son nom. En 1980, le supermarché Prisunic T. Bella y est ouvert et sera très vite l’un des plus fréquentés de la capitale. Cette intense activité va de pair avec des fonctions diverses.

Par exemple, Théodore Bella est délégué de la Chambre de Commerce pour le Centre, 1er Vice-président du Conseil économique et social. Dans le domaine sportif, il est président de la Fédération camerounaise de boxe et surtout, président de Tarzan Club d’Obala. Sur le plan politique, ses proches affirment qu’il a été militant de l’UC, de l’UNC, et du RDPC. C’est d’ailleurs grâce aux couleurs de ce parti qu’il a occupé le poste de maire de la commune rurale d’Obala, jusqu’en 2002.

Dans le cercle familial, on reconnaît son franc-parler et le bon chef de famille. Il était aussi chef traditionnel à Elig Bodo. Théodore Bella était chevalier de l’ordre de la valeur. Il a laissé deux veuves et six enfants.

Source : Les Archives du Cameroun

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

No Content Available